clear
Teraz:
 +5ºC
Partiellement nuageux
Max:  +11ºC,  Min:  +3ºC
Polski
English
Deutsch
Pусский
Français

Les jardins sont ouverts aux visiteurs de l’aube à la tombée de la nuit.

A cette période on peut visiter l’Amphithéâtre, le Temple de Sybille, le Temple Egyptien, le Bassin ainsi que les autres pavillons et les sculptures du parc.

You may need to install or upgrade Flash Player.

Visit the Adobe website to get the Flash Player.

La ‘Maisonnette blanche’
 

La ‘Maisonnette blanche’

Année de construction: 1774
Auteur du projet/architecte: Dominik Merlini

De petite taille, élaborée à partir d’un plan en carré la ‘Maisonnée’ est le premier édifice construit après les dernières réalisations du règne de Stanislas Auguste. L’architecte du roi Dominico Merlini crée un pavillon plein de charme, unique en son genre, et surtout en parfaite harmonie dans cet environnement pittoresque. La ‘Maisonnée’ a été construite en 1774 rassemble toutes les qualités d’une maison de plaisance, c'est-à-dire d’une résidence d’été en ville.

L’architecture du pavillon située sur la Promenade Royale est fondée sur des principes d’une complète symétrie. Ses quatre cotés décorés de manière rustique sont identiques. Chacun d’eux comporte cinq ouvertures rectangulaires sous forme de portes fenêtres et de fenêtres plus petites a l’étage fermées en demie cercle sur la partie supérieure. Le tout étant surmonte d’un attique, d’où l’on peut observer le petit belvédère flanqués de vases couverts de tôle.

Aujourd’hui les alentours de la petite Maisonnée se différencient de ceux de la période Stanislas Auguste. A cette époque le bâtiment était entouré par le canal. Il devait prévenir en cas d’humidité trop forte. Il a été recouvert au XIXème siècle. Il manque aussi les treillages constructions de bois qui permettant aux plantes grimpantes de pousser sur le mur extérieur côté nord.

Depuis 1777 et jusqu'à aujourd’hui, se trouve devant la façade sud un cadran solaire soutenu par un satyre agenouillé. Il porte sur ses épaules un cadran en marbre gravé avec des lettre dorées ainsi qu’un gnomon (l’aiguille des cadrans solaires) moulé dans le bronze. Le cadran a été réalisé par Joseph Högl. L’auteur du satyre en grès demeure inconnu

 
« retour
 

Używamy cookies i podobnych technologii m.in. w celu świadczenia usług i w celach statystycznych. Możesz określić warunki przechowywania lub dostępu do plików cookies w Twojej przeglądarce, w jej ustawieniach. Jeżeli wyrażasz zgodę na zapisywanie informacji zawartej w cookies, kliknij „Zamknij”. Jeżeli nie wyrażasz zgody – zmień ustawienia swojej przeglądarki. Więcej informacji znajdziesz w naszej Polityce cookies

Zamknij X